Les assureurs africains face aux changements climatiques, cyber-risques et pandémies

études

Selon l’assureur AXA, les pays africains doivent redouter trois principaux risques dans les cinq prochaines années : le changement climatique, les cyber-risques et les pandémies. En Afrique, les effets du changement climatique se font fortement ressentir.

Depuis quelques années, on ne parle plus de périodes de sécheresse mais de pluies diluviennes, d’inondations, épidémies, destructions de récoltes, d’infrastructure et de biens. Les conséquences des catastrophes naturelles sont aggravées par le faible taux de pénétration de l’assurance qui écarte toute compensation monétaire.

Le passage au numérique à un rythme accéléré constitue un nouveau risque . La transformation digitale offre certes des opportunités de développement social et économique, mais apporte également son lot de risques avec une hausse de la cybercriminalité.

Au final, la situation sanitaire due au Covid-19 impacte de plein fouet l’économie des grands pays africains. En Afrique du Sud, pays où l’assurance a sa place dans la culture, les assurés se retrouvent dans l’impasse à cause de contrats d’assurance inadaptés au risque pandémie.

La couverture de ces trois risques constitue un relais de croissance pour les assureurs africains qui doivent néanmoins lever plus de fonds pour s’engager dans cette voie.

0
Votre notation : Aucun
Programme de publicité          Conditions d'utilisation          Copyright          Liens utiles          Réseaux sociaux          Crédits