Munich Re, l’histoire du groupe

Il y a 130 ans, à l'image de ce qui se faisait déjà sur le marché de Londres et en Suisse, des entrepreneurs allemands, ont fondé une entreprise indépendante des assureurs, avec un portefeuille de risques diversifiés.

Carl von ThiemeA ses débuts, Munich Re n'était autre qu'une petite boutique installée dans un deux pièces avec quatre employés, sans téléphone. Aujourd'hui, elle est devenue un leader mondial dans son domaine.

Pour en arriver là, la société a subi les revers de deux guerres mondiales, des sinistres majeurs et des crises financières. Munich Re s'en est toujours sortie avec des forces renouvelées pour offrir aujourd'hui, l'image d'une entreprise solide et novatrice.

Les débuts de Munich Re

Munich ReCarl von Thieme

C'est en avril 1880 que Carl Thieme fonde Munich Reinsurance Company. L'entrepreneur associé à Cramer-Klett, Schauss, Pensel et Schmidt-Polex, inscrit la société au registre de commerce de la ville de Munich le 19 avril 1880.

Le premier traité de réassurance est conclu avec l'assureur allemand Thuringia, basé dans le centre du pays. Le premier client étranger Munich Re est Almedige Brand Assurance Compagni, une société danoise. Seuls 32 traités sont souscrits après un an d'exercice, dégageant une prime équivalente à 500 000 EUR.

A partir de 1885, des innovations sociales sont introduites : les salariés disposent alors d'une prime de Noël puis de fonds de retraite d'entreprise en 1891. Un peu plus tard, des horaires fixes sont mis en place de 9 heures à 16 heures avec déjeuner gratuit. En 1898, une aide immobilière est offerte aux employés qui veulent acquérir un logement.

Le premier bureau de représentation est ouvert à Paris en 1886. Il couvre également la Belgique et plus tard l'Espagne. Il sera suivi de ceux de Saint Petersburg où l'assurance transport maritime se développe à grande vitesse, puis Copenhague et Stockholm.

En 1888, Munich Re investit pour la première fois dans une tierce entreprise. Elle détient des participations dans l'assureur russe Pomoshch. Au printemps de la même année, la société est introduite en bourse au prix de 700 marks. Le titre valait 990 marks en janvier 1890 puis 2435 dix ans plus tard.>

En 1889, Carl Thieme et Wilhelm Von Finck créent Allianz Versicherungs Aktiengeselshaft, une société spécialisée dans les assurances de responsabilité civile et individuelle accidents. Allianz deviendra, en 1914, la plus importante société d'assurance allemande générant 25 millions EUR de revenus.

Durant sa deuxième décennie d'existence, Munich Re va se déployer à l'international. D'abord à Londres en 1890, puis aux Etats Unis en 1892 où l'entreprise installera une filiale sept ans plus tard. D'autres acquisitions en Autriche, aux Pays Bas et en Suisse sont réalisées.

Munich Re : de nouveaux produits d'assurance sont lancés au début du XXème

En 1898, Munich Re va développer un nouveau produit : l'assurance engineering. Un agrément est obtenu pour la Bavière début 1900, puis pour toute l'Allemagne en 1903. En 1900, la société commercialise le premier contrat couvrant les catastrophes naturelles. Mais en 1906, le tremblement de terre de San Francisco qui a atteint 7,8 sur l'échelle de Richter cause la mort de 3000 personnes et détruit 80% de la ville. Il en coûtera 5,6 millions EUR au réassureur, soit le plus important sinistre en termes réels qu'ait connu la société.

En 1907, à la demande d'un commerçant hongrois, Munich Re invente l'assurance bagages. Une société spécialisée dans l'assurance voyage sera établie à Budapest dans laquelle Munich Re détient des participations. La même année, un assureur de Stuttgart développe la RC automobile. Le réassureur bavarois en réalise toute la portée et s'y associe avec l'assureur Urania.

A partir de 1910, Munich Re se lance dans l'assurance aviation. En 1913, un premier avion en construction est couvert mais le concept se développe surtout à partir de 1919.

En 1912, le premier contrat japonais est signé. A cette époque, la société compte plus de 300 employés à Munich et emménage en 1913 dans un nouveau siège, la Königstrasse, où elle est à ce jour.

Munich Re pendant les années de guerre

Munich Re

La déclaration de guerre de 1914 affecte profondément le développement des affaires de Munich Re. La loi allemande interdit tout commerce avec les pays ennemis. Les participations dans les sociétés étrangères sont concernées par cette législation.

Nombre de traités sont annulés. Mais les bonnes relations du réassureur à l'étranger permettent de maintenir l'activité à un niveau qui se stabilisera durant tout le conflit.

En 1917, Munich Re et Globus Versicherung AG fondent Hermes, une compagnie spécialisée dans le crédit et leader actuel de ce marché.

A la fin de la guerre, le traité de Versailles exclut pour de nombreuses années les sociétés allemandes des marchés tels que ceux de la Russie, de la France, de la Grande Bretagne et des Etats-Unis. Munich Re perd d'autres clients étrangers ainsi que le contrôle de son portefeuille américain.

En 1937, le groupe souffre toujours des séquelles de la première guerre d'autant plus que le contrôle des changes et les développements politiques ont des effets négatifs sur le commerce international. La compagnie est néanmoins parvenue à ses niveaux d'activité d'avant le conflit malgré l'impossibilité d'opérer en Russie et aux Etats-Unis.

A la fin de la deuxième guerre mondiale, la situation est encore plus difficile. Munich Re a non seulement perdu ses actifs dans les pays ennemis et dans l'est de l'Allemagne mais également dans la majorité des pays neutres.

En 1946, le réassureur doit faire face au tribunal militaire américain pour falsification d'informations sur ses biens à l'étranger. Une amende de 4 millions de Reichsmarks lui est imposée. Plusieurs membres du conseil d'administration sont condamnés à des peines de prison. A partir de 1947, les réassureurs allemands sont interdits d'activité à l'étranger.

En 1948, la réforme de la monnaie impose le Deutschemark. La capitalisation de la société dans la nouvelle monnaie est de l’ordre de 15 millions EUR actuels. Mais l'impossibilité de développer un portefeuille équilibré géographiquement fragilise le groupe et l'impact d'importants sinistres en 1948 et 1949 met la société en difficulté.

Munich Re : les temps de la croissance

Munich Re

Dès 1950, le commerce international est de nouveau autorisé pour les compagnies allemandes. Munich Re ouvre des bureaux de coordination en Asie, Afrique et Australie et met l'accent sur la branche engineering. Ses affaires se développent rapidement. En 1951 une organisation par pays et branche devient nécessaire. En 1953, le niveau d'activité atteint les deux tiers du niveau d'avant-guerre.

En 1959, la société lance Munich American Reinsurance Company, une filiale vie à Atlanta (USA), puis ouvre en 1960 des bureaux à Montréal (Canada).

En 1962, la tempête d'Hambourg affecte la société à hauteur de 19 millions DM dont 13,5 millions pour propre compte. Jusqu'en 1968, Munich Re se déploiera principalement en Asie (Hong Kong et Tokyo) et en Afrique avec Munich Re South Africa.

En 1969, Horst K. Jannott devient le sixième président du groupe. Il est considéré comme l'architecte du nouveau visage de Munich Re.

Munich Re de 1970 à 1990 : la recrudescence des catastrophes naturelles

Les années 1970 sont marquées par le constant effort du groupe à développer l'Asie : Sydney, Manille, Singapour, puis Taiwan en 1981. En 1989, le réassureur bavarois compte 65 bureaux hors d'Allemagne.

En 1973, Anton Stankowski, un designer en vogue, dessine le nouveau logo : la structure cubique et les lignes horizontales représentent entre autres les échanges, le partenariat, la confiance, la solidarité et la différentiation.

Crédit photo: USGS / MarcusitoEn augmentant sa présence dans le monde, la société fait aussi face à des sinistres majeurs : la tempête du 3 janvier 1976 (175 millions de DM), la tempête de grêle de Munich de 1984 (166 millions de DM), le tremblement de terre de Mexico de 1985 qui devient le plus important sinistre depuis la création de la compagnie, puis l'ouragan Hugo de 1989 (250 millions de DM).

L'augmentation de ces sinistres a incité Munich Re à mobiliser dans le milieu des années 1970 des ressources, en créant services et outils pour analyser et souscrire les risques de catastrophes naturelles : Geo Risk Research, NatCatService, Nathan, etc.

Munich Re : le retour à l'expansion malgré de lourds sinistres

Munich ReBâtiment "Am Münchner Tor"

Les années 1990 sont marquées par une rapide expansion du groupe : le chiffre d'affaires passe de 13 milliards EUR en 1990 à 21 milliards EUR en 1999.

En 1990, Munich Re entre en coopération avec les compagnies du réseau MedNet avant de l'acquérir en 1997.

En 1992, Munich Re Italia est lancée, elle deviendra le premier réassureur d'Italie en 1999. C'est la 70ème représentation de Munich Re dans 32 pays. Viendra Kuala Lumpur en 1994.

Le succès incite le groupe à faire entrer le titre Munich Re en cotation continue à la bourse de Francfort en mars 1994. La même année la filiale londonienne présente, pour la première fois, la couverture RC des dirigeants d'entreprise.

En 1996, le groupe fait un pas décisif aux USA en acquérant American Re pour 3,3 milliards USD puis prend le contrôle de l'assureur DKV en Allemagne, ce qui lui permet de renforcer sa position dans le segment des assurances « individuelle accidents ». Enfin en 1997, Ergo, acteur majeur du secteur outre Rhin est fondé. Ergo est constitué de deux piliers : les assureurs Victoria et Hamburg Mannheimer DKV, tous deux propriétés de Munich Re. A partir de 2010, les polices sont commercialisées sous le nom d’Ergo, les deux sociétés étant absorbées. ERGO se développera à l'international à partir de 2000.

Crédit photo: USGSL'année 1999 restera dans les annales de la compagnie : deux tempêtes majeures affectent la France, Sydney est ravagée par une pluie de grêle, le Japon est touché par le Typhon Bart, des séismes touchent la Turquie, la Grèce et Taiwan. Au total, le coût pour Munich Re atteint 1,1 milliard EUR (1,1 milliard USD).

Deux ans plus tard en 2001, c'est le sinistre de septembre à New York qui frappe le groupe. La charge pour le groupe bavarois est de 2,6 milliards USD. Les inondations d'Europe centrale en 2002 et surtout l'ouragan Katarina en 2005 (1,6 milliards USD) pèseront également sur les résultats.

Mais ces différents sinistres ne changent en rien la stratégie d'expansion du groupe Munich Re : obtention d'une licence en Chine en 2003, puis en Inde en 2004, en Malaisie en 2006 pour la réassurance takaful, en Russie la même année puis enfin au Brésil en 2008.

Depuis peu le réassureur bavarois est engagé dans de nouveaux défis tels que le changement climatique en signant le « Climat Group » des Nations Unies ou le développement des énergies propres avec le projet DII en Afrique du Nord.

Munich Re Group c'est aujourd'hui 47 000 employés à travers le monde dégageant un bénéfice de 2,56 milliards EUR (3,66 milliards USD) pour un chiffre d'affaires 2009 de 41 milliards EUR (58 milliards USD) dont 25 milliards EUR (35,8 milliards USD) proviennent de l'activité réassurance qui mobilise 13 300 employés. La capitalisation boursière du groupe est de 21,5 milliards EUR (30,8 milliards USD). La notation financière est de AA- avec perspectives stables chez S&P et A+ avec perspectives stables chez AM Best.

0
Votre notation : Aucun
Programme de publicité          Conditions d'utilisation          Copyright          Liens utiles          Réseaux sociaux          Crédits