Solvabilité II : impact de la réglementation sur les placements des assureurs

La solvabilité d’un assureur réside dans sa capacité à respecter les engagements pris envers les assurés et bénéficiaires de polices d’assurance. Elle permet de maintenir l’équilibre entre les engagements d’une compagnie d’assurance et les ressources dont elle dispose pour y faire face.

solvabilité IILes fonds perçus par les assureurs doivent être investis dans des placements qui respectent des règles strictes, en fonction de leur :

  • nature,
  • répartition,
  • durée de vie moyenne.

La récente entrée en vigueur de Solvabilité II impose de nouvelles règles d’ajustement des capitaux propres aux risques souscrits par les sociétés d’assurance.

Alors que les assureurs sont souvent tentés par une prise de risque plus importante pour accroître leur rendement, Solvabilité II incite à la réduction du profil de risque général pour améliorer le SCR (Solvabilité Capital Requirement). Une bonne gestion de l’actif et du passif est donc primordiale (ALM : Asset Liability Management) comme l’adaptation des écarts de duration avec le portefeuille d’investissement.

Les assureurs sont donc tiraillés entre rendements attractifs et investissements qui consomment moins de SCR. L’adéquation entre passif et actif est d’autant plus d’actualité, que la baisse actuelle des taux augmente la valeur des flux futurs pour rembourser les assurés, ce qui se traduit par un accroissement du passif. Les assureurs dont le gap de duration est trop important tombent alors sous le joug des pénalités de Solvabilité II.

De plus, le cadre réglementaire de Solvabilité II ne favorise pas les stratégies passives d’investissement.

La politique de gestion des actifs devient cruciale. Elle doit prendre en compte:

  • le niveau des engagements pris, leur durée et la rémunération des polices d’assurance,
  • le besoin de liquidité,
  • la protection de la marge de solvabilité et des fonds propres,
  • les résultats financiers, les plus-values émanant de la cession d’actifs, les participations bénéficiaires versées aux détenteurs de polices d’assurance vie,
  • les produits financiers de hedging permettant de limiter la fluctuation des rendements financiers et l’impact des aléas provenant du marché.
0
Votre notation : Aucun
Programme de publicité          Conditions d'utilisation          Copyright          Liens utiles          Réseaux sociaux          Crédits