Séisme en Italie, la terre a encore bougé en 2016

Le séisme de magnitude 6,2 qui a frappé le centre de l’Italie à l’aube du 24 août 2016 a occasionné d’importants dégâts. Ressenti jusqu’à Rome, le tremblement de terre a fait 297(1) morts dont 230 pour la seule ville d’Amatrice et 387 blessés.

Plus de 3000 habitants se retrouvent sans logement; parmi eux 2500 vivent encore sous des tentes.

Séisme d’août 2016 en Italie, le bilan des pertes économiques

séisme-août-2016-italieLa ville d’Amatrice le 24 août 2016 © Leggi il Firenzepost, CC BY 3.0

Sous-estimés au début du sinistre, le bilan des dégâts matériels liés au séisme du mois d’août en Italie se révèle considérable.

Plusieurs villes et villages ont été dévastés. Amatrice, Arquata del Tronto, Pescara del Tronto, Accumoli ainsi que d'autres communes ont enregistré l’écroulement de dizaines de bâtiments: immeubles d'habitation, infrastructures publiques, hôpitaux, écoles.

Plusieurs monuments historiques datant des 13ème et 14ème siècles: palais, basiliques, églises ont également subi des dommages. Les autorités estiment à 293 le nombre de ces bâtiments historiques abimés ou détruits.

Selon Lorenzo Codogno, expert et économiste italien, les pertes économiques devraient atteindre 5,6 milliards USD. Le département de la protection civile avance quant à lui un montant de 11 milliards USD.

Séisme d’Amatrice, un impact marginal pour l’assurance en Italie

Malgré une forte exposition aux séismes, l’Italie conserve un taux très faible de couverture contre ce risque. L’assurance tremblement de terre reste facultative et se présente sous forme d’une extension à la garantie habitation.

Selon l’association italienne de l’assurance, près de 44% des Italiens disposent d’une police habitation et seuls 3 à 4% de ces contrats comportent une couverture contre les séismes. Au final, l’association estime que moins de 1% des ménages est actuellement protégé en cas de tremblement de terre.

Avec un taux de pénétration très bas, une faible densité de la population et l’absence d’activité industrielle dans cette région montagneuse de l’Italie, l’impact du séisme sur les compagnies d’assurance sera limité.

Pour Standard & Poor’s, les pertes assurées ne devraient pas dépasser les 200 millions EUR (224 millions USD). Moody’s avance pour sa part un montant de 283 millions EUR (320 millions USD), loin derrière les séismes de 2009 et de 2012 qui ont enregistré des dommages assurés respectifs de 383 millions EUR (549 millions USD) et de 1260 millions EUR (1 665 millions USD). Quant à A.M. Best, l’agence estime que la contribution des assureurs devrait se limiter à 10% du montant des pertes économiques.

En l’absence de dispositif d’indemnisation des catastrophes naturelles régi par la loi, c’est l’Etat qui va inéluctablement prendre en charge les frais de dédommagement et les coûts de reconstruction.

Pour rappel, la totalité des pertes économiques occasionnées par les plus importants séismes survenus en Italie au cours de la période allant de 1976 à 2012 est évaluée à 74,8 milliards USD. Les compagnies d’assurance n’ont pris en charge que 3,3% de ce montant soit 2,5 milliards USD.

(1)Bilan établi le 16 septembre 2016 par la protection civile italienne

Séisme en Italie: Bilan des Pertes économiques et des pertes assurées de 1997 à 2016*

séisme italie * le graphique ne récence que les pertes économiques et les pertes assurées relevées lors des plus importants séismes

Séisme de 2016 en Italie, un faible impact sur la réassurance

La réassurance est à priori peu concernée par ce dernier sinistre, la majeure partie des risques étant conservée par un panel de réassureurs.

Séisme en Italie: l’événement est récurrent

Le centre de l’Italie, principalement la chaîne montagneuse des Apennins, est souvent frappé par des séismes de grande magnitude.

Cette région a subi au cours des 10 dernières années deux événements majeurs. Survenu le 9 avril 2009, le tremblement de terre de l’Aquila a causé la mort de 300 personnes et endommagé ou détruits plus de 10 000 bâtiments. Trois ans plus tard la région d’Emilie-Romagne a été dévastée par deux secousses. Bilan une trentaine de décès et près de 17 milliards USD de dégâts.

Les sismologues et géologues expliquent cette forte exposition par la localisation de la péninsule italienne qui se trouve à la jonction de plusieurs plaques tectoniques. De ce fait, la collision permanente entre la plaque africaine et la plaque eurasienne provoque une forte activité sismique, principalement le long des failles géologiques.

Malgré la fréquence de ces événements et la forte exposition aux risques tremblements de terre, de nombreux Italiens vivent toujours dans des zones sensibles où la majorité des bâtiments ne respectent pas les normes sismiques.

Selon l’institut national italien de géophysique et de volcanologie, 30% seulement des bâtiments respectent actuellement les normes sismiques en Italie. Ce chiffre est très faible pour un pays qui est frappé tous les 5 à 10 ans par un séisme majeur et qui a subi au moins sept événements dévastateurs au cours des quarante dernières années.
Depuis 1900, la péninsule italienne a été touchée par 32 séismes de forte magnitude.

Les plus importants séismes survenus en Italie de 1970 à 2016

En millions USD
DateLieuxMagnitudePertes économiquesPertes assuréesNombre de décès
2016Amatrice et les villes voisines6,25 600320297
2012Emilie-Romagne6 et 5,816 900166527
2009Aquila, Abruzzes6,33 900548308
2002Molise5,91 064630
1997Ombrie6,12 80014212
1980Irpinia6,931 9001082 916
1976Frioul6,5 et 6182354,4989

A lire aussi:

0
Votre notation : Aucun
Programme de publicité          Conditions d'utilisation          Copyright          Crédits          Réseaux sociaux