L'assurance et le sport

Depuis qu'elle est devenue l'acteur majeur de son financement, la télévision a projeté le sport dans le cycle de l'argent. Grâce à la médiatisation qui en fait un spectacle en temps réel, le succès des évènements sportifs mondiaux a eu pour conséquence une hausse considérable des modes de pratiques sportives et du nombre de pratiquants.

assurance sport

Son impact financier croissant et les valeurs qui lui sont attachées font que le sport représente un grand potentiel d'intérêts pour les pouvoirs et les institutions de tous les pays.

Assurance et sport : une diversité de modes de pratiques et de couvertures

La pratique de tout sport crée des risques. Ceux-ci sont couverts par les assurances classiques pour les amateurs et par des garanties spécifiques pour les professionnels.

Le régime d'assurance dépend de la manière dont le sport est pratiqué : à titre amateur ou professionnel ; individuel, dans le cadre d'un club, avec ou sans licence, ou en participant éventuellement à des compétitions.

Les risques auxquels le sportif s'expose sont de deux ordres : les dommages causés aux tiers et ceux qu'il peut subir lui-même.

  • Pour les dommages causés aux tiers, les amateurs peuvent être couverts par une police de responsabilité civile.
  • Pour couvrir leurs propres dommages, ils peuvent souscrire des polices de type "individuel accidents". Dans ce cas, les garanties offertes portent sur les frais médicaux et chirurgicaux ainsi que sur des indemnités forfaitaires en cas d'incapacité temporaire, d'invalidité et de décès.

La pratique de certains sports justifie la souscription d'une assurance comprenant une garantie d'assistance étendue, s'il y a lieu, aux frais de recherche (mer et montagne) pour couvrir principalement le rapatriement en cas de maladie ou de blessure.

Théoriquement, les fédérations sportives ont l'obligation de souscrire un contrat garantissant leur responsabilité civile et celle de leurs adhérents comme elles sont tenues d'informer leurs membres de l'intérêt à souscrire un contrat couvrant les dommages corporels et de mettre à leur disposition plusieurs formules de garanties pouvant être souscrites à titre complémentaire ou à titre principal.

Assurance et sport : les «global events» ou événements sportifs mondiaux

Le sport-spectacle est un business dont l'importance des flux financiers et des enjeux conditionnent la couverture et les tarifs des polices d'assurance.

Budgets des Jeux Olympiques

  • JO de Sydney 2000 : 1,6 milliards USD
  • JO d'Athènes 2004 : 1,5 milliards USD
  • Prévisions du comité de candidature de New York aux JO 2012 : plus de 3 milliards USD

Les grandes manifestations sportives: jeux olympiques, championnats du monde, tournois de tennis, etc. impliquent des risques d'annulation d'une valeur telle qu'ils ne peuvent être supportés, dans leur majorité, que par les réassureurs, les compagnies d'assurance n'en retenant qu'une faible part.

Assurance et sport : la couverture du risque annulation

assurance evenements sportifsAthénes 2004 ©Alterego (image modifiée), CC BY-SA 3.0

JO d'Athènes 2004 : face au risque d'attentat terroriste, jamais une manifestation sportive n'avait donné lieu à un dispositif de sécurité d'une telle ampleur. Pour le Comité International Olympique (CIO), la nécessité de constituer des réserves financières pour protéger l'institution a justifié la mise en place d'une police d’assurance, pour un montant de 750 millions USD, afin de couvrir l'annulation de l’événement sportif , soit la moitié des recettes prévisionnelles de l'événement.

Premiers jeux d'été à se dérouler après le 11 septembre 2001, les XXVIII olympiades d'Athènes 2004 ont marqué un tournant dans l'histoire du mouvement olympique car, désormais, la garantie annulation sera souscrite pour les éditions des jeux d'hiver et d'été suivantes: Turin 2006, Beijing 2008, Vancouver 2010.

En revanche, pour l'Euro de football 2004 au Portugal la Fédération Européenne de Football (UEFA) n'a pas souscrit d'assurance annulation, les organisateurs ayant sans doute estimé que le risque n'était pas suffisant. A l'aune des assureurs de Global Events, l'Euro fait figure d'une « petite » compétition.

Les autres risques : Hors annulation, les autres risques couverts par l’assurance des événements sportifs portent sur la perte financière, responsabilité civile, protection des personnes (organisateurs, athlètes, spectateurs), flotte automobile, biens meubles et immeubles, demandes périphériques diverses émanant des sponsors, invités, et parrains de la manifestation. Bien plus que les attentats, ce sont les mouvements de foule qui sont les plus redoutés par les organisateurs.

Le risque d'attentat terroriste ou d'acte de guerre est exclu des garanties et pris en charge par les Etats. Pour la coupe du monde de football 2010, la FIFA pourrait exiger, du comité d'organisation sud-africain, une garantie responsabilité civile d'un montant de l'ordre de 260 millions USD. La prime globale à la charge du comité d'organisation, tous risques confondus, avoisinerait les 13 millions.

Assurance et sport : le management du risque

Au-delà des garanties classiques, l'organisation et le déroulement de ces méga spectacles exigent rigueur et synchronisation d'une multitude d'acteurs. Dans ce contexte, la mission de management du risque devient primordiale. Elle doit garantir le bon déroulement de la compétition en temps, en lieu et en respectant le budget prévisionnel. La gestion des risques vise l'éradication des aléas ou leur transfert à l'assureur.

Management du risque signifie

  • intervenir, en amont de l'événement, bien avant l'attribution de son organisation au pays élu, par une prestation de conseil et de courtage auprès des différents candidats.
  • élaborer des simulations identifiant les risques de catastrophes
  • mettre en œuvre des plans de traitement des aléas et une politique de gestion de crise
  • évaluer les montants à assurer
  • élaborer les polices adaptées à l’événement sportif et les placer auprès des compagnies d'assurance.
Certains grands cabinets de courtage ont développé un véritable savoir-faire pour gérer ce type d'événements. Avec l'expérience de dix éditions des Jeux Olympiques à son actif, le cabinet Marsh&Mac Lennan s'est confortablement positionné sur ce créneau lucratif.

Assurance et sport professionnel : un marché attractif

Assurance sport professionnelTiger Woods

Ayant gagné en efficacité grâce à une clarification des statuts des joueurs et un renforcement des structures juridiques des clubs, le sport professionnel représente un marché attractif pour l'assurance avec une demande croissante et diversifiée de couvertures. Après avoir suscité l'afflux de nombreux acteurs à la fin des années 90, le marché qui s'est, depuis, recomposé, se caractérise par une rude compétition entre des opérateurs aux profils de plus en plus pointus et aux fonctions accrues.

En France, par exemple, où le rugby compte plus de 250 000 licenciés, la hausse du nombre de réclamations de joueurs victimes de blessures invalidantes a conduit la fédération à souscrire, au prix d'un doublement de la prime (de 13 à 26 millions USD), de nouveaux régimes d'assurance offrant une amélioration de la couverture et des dédommagements. Agissant au niveau de la prévention du risque, les assureurs ont réussi à faire adopter, par la fédération, des mesures visant à diminuer le nombre et la gravité des accidents par l'aménagement des conditions de participation à la compétition ainsi que sur les règles mêmes du jeu.

Aux Etats-Unis, les tournois de golf sont les plus gros générateurs d'affaires pour les assurances. Variant selon chaque rencontre, les primes sont calculées en fonction de plusieurs critères : la valeur du prix décerné, le nombre de participants, la longueur du tir de chaque joueur, les spécificités du parcours.

Sport roi outre-Atlantique, le base-ball représente aussi un marché mettant en jeu des sommes considérables. Les salaires faramineux des grandes stars et les montants de leurs dédommagements en cas de blessure constituent une menace sérieuse pour les finances des équipes majors et des assureurs qui ont dû limiter à 5 ans la durée des polices des joueurs vedettes.

Pour garantir le bon déroulement des compétitions, les organisateurs peuvent recourir à des assurances complémentaires spéciales «beau temps». Good Weather Insurance Agency, basée dans le Massachusetts, s'est spécialisée dans la niche des événements de plein air et propose la couverture du risque mauvais temps grâce à des polices souscrites auprès de Royal & Sun Alliance. Le calcul de ces primes est complexe. Il est déterminé par la localisation de l'évènement, la date, l'heure, le type de risque, et le montant devant être couvert.

Assurance et sport professionnel : des athlètes sous haute protection

Assurance et sportLance Armstrong, Tour de Gruene 2008 © Daniel Norton, CC BY-SA 3.0

Leurs performances et leur valeur étant conditionnées par leur forme et leur intégrité physique, les athlètes encourent des risques spécifiques qui nécessitent des polices sur mesure. Les garanties portent sur l'assurance individuelle accident, la perte de licence, le capital décès, l'incapacité invalidante, l'assurance contre le risque de relégation du club ou de perte de profession.

Tablant sur la proximité et la connaissance du milieu professionnel, d'anciens sportifs reconvertis dans l'assurance conçoivent des produits adaptés aux besoins des joueurs, notamment dans le secteur du football où la couverture la plus importante pour un joueur s'établissait, en France, à 29 millions USD en 2002. Mais les grosses pointures sont captées, à travers des contrats de type «homme clé», par les grands cabinets qui proposent des stratégies prospectives et des services de conseils en matière de formation et de reclassement.

Un cas exemplaire parmi tous : celui de Zineddine Zidane qui était, en 2002, le footballeur le plus chèrement assuré pour une valeur de près de 98 millions USD alors que la valeur moyenne des 23 footballeurs français présents à la coupe du monde de 2002 se chiffrait à 13 millions USD.

Les clubs, pour leur part, cherchent à s'assurer contre la perte financière que représente le versement à un joueur d'indemnités journalières ou de primes de victoire.

Exemple d'un conflit entre un champion et son assureur

Spécialisée dans la couverture de risques liés à la réalisation de performances sportives, la compagnie texane SCA Promotions compte, parmi ses clients : l'équipe de basketball des Lakers de Los Angeles, ou de football américain des Dallas Cowboys. Aux termes d'un contrat conclu en 2001 avec Lance Armstrong, l'assureur a mis en place un système de gratifications destiné au coureur cycliste.

Contre une prime de 400 000 USD, la SCA s'est engagé à verser au cycliste un total de 9,5 millions en cas de victoire dans les éditions 2001, 2002, 2003 et 2004 du Tour de France. L'assureur a versé 4,5 millions USD pour les trois premières éditions mais, suite aux révélations du livre L.A. Confidentiel, publié en juin 2004 et faisant état de suspicions de dopage de l'athlète, il a décidé de bloquer le paiement des 5 millions USD restants dus au champion après son sixième sacre. Depuis, une procédure d'arbitrage entre les deux protagonistes a été introduite auprès du tribunal de Dallas.

Assurance et sport amateur

L'essentiel du chiffre d'affaires des assurances sportives se réalise avec le sport amateur. Aux USA où il existe une véritable culture du sport, le nombre croissant de licenciés offre un gisement inépuisable d'affaires pour le secteur. Parmi une multitude d'offres, AIG a lancé, en 2004, AIG Sport Risk Solutions, un programme d'assurance combinant divers produits couvrant une large gamme de risques liés à la pratique sportive en amateur. Le programme fixe la limite générale de RC des sportifs à 1 million USD par accident et la couverture RC des directeurs et personnels d'encadrement à 5 millions USD.

En Europe aussi, le sport amateur représente un segment rémunérateur pour les assurances qui gèrent le portefeuille de fédérations attitrées. Avec des primes moyennes de 4 USD par licence, le marché français réalise un chiffre d'affaires d'environ 130 millions USD de primes par an. On dénombre 8 000 sinistres annuels par tranche de 1 million de licenciés.

0
Votre notation : Aucun
Programme de publicité          Conditions d'utilisation          Copyright          Liens utiles          Réseaux sociaux          Crédits