Atlas Magazine Mai 2017

Les assureurs face à la fraude

Sport universel, la fraude à l’assurance est devenue un véritable fléau de société. Tous les pays, sans exception aucune, sont affectés par cette pratique qui revêt des formes multiples. La crise économique et  sociale de ces dernières années ne fait qu’accentuer ce phénomène que les assureurs ont du mal à circonscrire. Le coût de la fraude avoisine les 2,5 milliards USD annuels en Grande Bretagne alors qu’en Espagne 22% du montant des sinistres automobile seraient d’origine frauduleuse.
Atlas Magazine N 141, Mai 2017
Cliquez ici pour télécharger
le magazine

Le mal est profond car les assurés ne sont pas les seuls fraudeurs. La tricherie est partout. Elle infeste toute la chaîne de l’assurance, de la souscription à la réalisation du sinistre. Tous les intervenants peuvent, à un degré ou un autre, y participer : assurés, garagistes, experts, réparateurs, médecins, avocats, agents d’assurance et même salariés des compagnies d’assurance.

Petit « faux » mais fraude quand même de l’assuré qui pour économiser quelques sous remplit sciemment une proposition d’assurance en minimisant les capitaux garantis. Même banal, un acte de ce type est illégal au vue du code des assurances. C’est comme  changer l’étiquette d’un produit ou mentir sur son poids avant de passer  à la caisse.

Malheureusement, la fraude ne se limite pas à quelques petits mensonges ou documents falsifiés. Elle est plus difficile à combattre lorsqu’elle est le fait de professionnels agissant en «bande organisée » : réseaux de vol de voitures, faux aux caisses d’assurance maladie, actes criminels, usurpations d’identité.  La liste des escroqueries aux assurances est très longue.

Il ne faut pas croire que la fraude à l’assurance ne fait pas de victime. L’assuré est le premier et grand  perdant. C’est lui qui, au final, supporte les milliards de dollars indûment déboursés par les sociétés d’assurance. Contrairement à l’idée généralement reçue, ce n’est pas l’assureur qui paie les sinistres mais bel et bien les assurés, l’assureur n’étant que  l’organisateur de la mutualité.

Atlas Magazine N°141, Mai 2017

Programme de publicité          Conditions d'utilisation          Copyright          Crédits          Réseaux sociaux